fr en

A la une

L'éditorial de Jean-Pierre Favennec
 26 juil. 2022

Turbulences de l’énergie : conséquences pour l’Afrique

Prix du pétrole stable, prix du gaz à la hausse

Le prix du pétrole est en léger repli depuis notre dernier édito et reste voisin de 100 – 110 dollars par baril, niveau certes élevé mais déjà atteint par le passé et loin des pics observés il y a plus de 10 ans ou simplement il y a quelques mois. Plusieurs raisons à cela : la croissance économique sera, du fait d’une certaine reprise du COVI et de la guerre en Ukraine, plus faible que prévu (moins de 3 % contre 6 % estimé en début d’année). Malgré les difficultés de production au Kazakhstan ou en Libye, la production OPEC,  OPEC + mais aussi aux Etats Unis et au Brésil croit lentement. Au total, et malgré les menaces d’embargo sur le pétrole russe le marché reste correctement approvisionné. Certains pars de l’OPEP disposent de capacités inemployées et pourraient produire davantage. Les pays producteurs ne souhaitent pas un prix trop élevé qui augmenterait les risques de récession mondiale et donc une chute des besoins en pétrole et de leurs recettes.

L’avenir reste cependant incertain du fait de la guerre en Ukraine. Aucun signe de fin du conflit n’apparait. On peut simplement se réjouir de l’accord sur des exportations de céréales à partir de l’Ukraine, exportations indispensables pour éviter la famine dans de nombreux pays et en particulier en Afrique.

Le prix du gaz reste très élevé du fait de la forte baisse des exportations russes bers l’Europe, baisse qui fait craindre un hiver très difficile à beaucoup de pays du vieux continent

Les pays africains importateurs de pétrole risquent de continuer à souffrir de prix des produits pétroliers qui restent très élevés du fait de l’insuffisance des capacités de raffinage. En ce qui concerne le gaz, le prix sur les marchés internationaux devrait rester à un haut niveau car le remplacement du gaz russe en Europe sera très difficile. Cela devrait favoriser les projets africains.

Et les renouvelables ?

En Afrique, les énergies renouvelables devraient connaître une forte croissance et représenter près de la moitié de la croissance de la production d'électricité dans les régions subsahariennes du continent d'ici 2040.

L’hydraulique continuera à jouer un rôle important dans de nombreuses régions (Afrique de l’Ouest autour du Fouta Djallon, Afrique Centrale, Mozambique, vallée du Nil. L’éolien et le solaire (surtout) continuent à progresser sans oublier le rôle de la géothermie au Kenya. De nombreuses centrales solaires sont en construction. L’intermittence de l’éolien et du solaire pourra être compensé par des centrales au gaz, très flexibles qui pourront fournir l’électricité nécessaire en absence de vent ou de soleil.

Nos activités

Notre réunion Think Tank du 22 juin consacrée à : L’impact de la guerre en Ukraine sur les pays Africains a rencontré un bon succès avec plus de 60 participants. Merci à Mohamed Ndao, Fary Ndao, Mohamed Seck et Mahanta Guèye. Certaines interventions figurent sur le site ainsi que l’enregistrement de la conférence.

A venir :

Une nouvelle réunion du Think Tank pour faire le point sur la situation en Afrique

Le SIEPA dont la date sera fixée prochainement (enfin !!)

Amitiés à tous

Jean-Pierre Favennec
Président
Association pour
le Développement
de l'Énergie en Afrique

L’embargo sur le pétrole russe
 10 mai 2022

Interview de Jean-Pierre Favennec

Les conséquences de la hausse du prix du pétrole et de la guerre en Ukraine sur les économies africaines
 24 avr. 2022

L’invasion de l’Ukraine par la Russie est une crise majeure qui aura des conséquences sur le long terme pour l’ensemble de la planète. Elle survient alors que l’Afrique s’efforce de mettre son économie sur la voie de la reprise, dans un contexte toujours marqué par la pandémie, des pressions inflationnistes mondiales et la volatilité des marchés financiers et des matières premières. Mais elle n’est pas le déclencheur de la hausse des prix du pétrole qui a commencé il y a déjà deux ans.

Etude
 1 sept. 2015

L'Énergie en Afrique à l'horizon 2050

Etude de l'ADEA réalisée avec le soutien de l'institut de la Francophonie pour le dévevoppement durable

Lire l'étude

Evènements

Conférence
22 juin 2022

Impact de la guerre en Ukraine

L’impact de la guerre en Ukraine et des bouleversements des marchés pétroliers sur l’approvisionnement en Afrique de l’Ouest

Plus d'informations
Conférence
7 mars 2022

la Transition Énergétique en Afrique de l'Ouest

Conférence par Zoom

Plus d'informations
Conférence
7 déc. 2021

Une conférence Pétrole & Énergie en Afrique

Présentations disponibles

Think-Tank
du 18 mai 2021

Téléchargez le compte rendu de la réunion du think tank Énergie pour l'Afrique

Le développement des réseaux électriques de transport et de distribution en Afrique de l’Ouest

Plus d'informations

Revue n°23
du 10 juin 2019
n°23 - 2019-06-10 09:16:40

Contact abonnement
Latifa Hanifi :  01 47 16 97 92

Anciens numéros

Vu sur le web

La technologie FLNG a-t-elle le vent en poupe en Afrique ?
 1 avr. 2022
Le projet LNG opéré par ENI dans le Canal du Mozambique, Coral South, devrait produire sa première cargaison de LNG cette année, en 2022. La pièce maîtresse du projet (les unités de liquéfaction du gaz naturel) repose sur un Floating LNG de haute mer construit à neuf (new built) dans un chantier naval de Samsung en Corée du Sud qui est arrivé sur son site de production en Janvier dernier.
Electricité pour 100 millions d’Africains
 26 janv. 2022
Lancé par les Emirats arabes unis (EAU), un programme dénommé "Initiative Etihad 7", a été lancé lors de la Semaine de durabilité d’Abu Dhabi 2022 par Lilia Habboul. (Source : L’Observateur du Maroc et d’Afrique)
Mettons fin à la pauvreté énergétique en Afrique: Universaliser l'accès à l’électricité grâce aux énergies renouvelables
 9 juil. 2021
Près de 800 millions de personnes n’ont toujours pas accès à l’électricité à travers le monde, dont 600 millions en Afrique subsaharienne. C’est une injustice flagrante à une époque où les inégalités entre riches et pauvres ne cessent de se creuser. Et pourtant, grâce à la baisse rapide du coût des énergies renouvelables et aux investissements verts qui devraient faire suite à la pandémie, nous pourrions mettre un terme à la pauvreté énergétique au cours des 10 prochaines années. Donner accès à l’énergie à tous d’ici à 2030 est possible, mais pour cela il faut aller plus vite. C’est pourquoi l’Agence internationale de l’énergie et la Commission européenne invitent leurs partenaires à placer l’accès à l’énergie au cœur de la coopération avec l’Afrique.
Source : MatinLibre.com par Frans Timmermans et Fatih Birol

Partenaires